La bataille du rail

 

la_bataille_du_rail Dans une gare de province, deux hommes, le chef de gare, Athos et son adjoint Camargue, organisent la résistance : passage de fugitifs, de courrier, tracts, envoi de renseignements à Londres. Des sabotages ont lieu. Des otages sont pris et fusillés. Après le débarquement, l’organisation Résistance Fer est prête.

Les Allemands veulent envoyer des renforts vers la Normandie où la bataille fait rage vers Caen et Avranches, et rassemblent un convoi de 12 trains, baptisé Apfelkern. Mais la petite ligne secondaire où il s’engage saute et le convoi doit revenir sur la grande ligne. En pleine nuit, Camargue fait dérailler une locomotive et huit wagons. La grue géante est sabotée à son tour et le train de nouveau bloqué.

Quand ils repartent, ils sont précédés d’un train blindé que le maquis attaque en vain, mais la résistance réussit à faire sauter la voie entre le convoi de tête et le suivant, le 1504, qui déraille et choit dans un ravin. Dérivés sur les lignes électrifiées, les trains restants sont à nouveau bloqués par une coupure du courant.

Les locomotives à vapeur font tomber leurs feux. L’aviation alliée, prévenue, intervient alors. En Normandie, c’est la déroute et les haut-parleurs des gares annoncent la libération; les premiers américains arrivent sur le triage, tandis que s’ébranle le 122, premier train libre.

extrait du cinema-francais.fr

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s